Ma maquette

La réalisation d’une maquette est un passe-temps très enrichissant, il demande d’être minutieux, d’avoir quelques connaissances en électricité (base élémentaire) de faire de la programmation et beaucoup d’imagination.J’ai choisi la marque Märklin. Une marque bien connue. Il existe plusieurs grandeurs de voie, HO, N, Z etc. Pour une question de place j’ai opté pour la voie N. La voie N mesure 9 mm de large, elle correspond à la grandeur d’une voie de train normal divisée par 160 (Échelle 1/160).J’ai construit une maquette qui mesure 1,6 m de long par 55 cm de large. Elle se compose d’un cadre et d’un plateau. Sur le plateau je construis sur le côté face le circuit, les rails, les aiguillages, les feux de signalisation. Ma maquette se compose de 13 aiguillages, de 11 stations et de 5 systèmes de dételage (décrochage des wagons). Le circuit de roulement mesure 11,22 m. Pour les jeunes et les moins jeunes c’est une découverte et une réalisation phénoménale. Les heures passent vite et la satisfaction est au rendez-vous.

Ma maquette

Détail de câblage sous le plateau

Détail des aiguillages

Le plateau de ma maquette a été peint avec une peinture à l’eau. J’ai abondonné le système de fixation par vis ou par clous. J’utilise de la colle blanche pour le bois. En séchant elle devient transparente. Il est ensuite très facile de décoller les rails et d’enlever le reste de colle sans laisser de trace.

Station de garage

Station de gare

Deux stations de dételage

Mes locomotives

BLS SA est une entreprise ferroviaire suisse, de statut privé (mais dont le capital appartient majoritairement au canton de Berne) qui exploite le deuxième réseau ferroviaire suisse après celui des CFF. La société est issue en 2006 de la fusion du Chemin de fer du Lötschberg (en allemand BLS Lötschbergbahn, Berne-Lötschberg-Simplon) et des Transports régionaux du Mittelland (RM), dans le but de renforcer la compétitivité des deux entreprises ferroviaires dans le trafic marchandises transalpin, ainsi que dans le trafic régional voyageurs. 

Les Ae 6/6 sont des locomotives électriques des chemins de fer fédéraux suisses, entrées en service entre 1952 et 1966 et qui furent retirées entre 2001 et 2013.

Les six BB 9200 Capitole étaient les premières locomotives de la SNCF à grande vitesse pour le service régulier des trains de voyageurs. Il s’agit d’une sous-série de la BB 9200 complétée par l’ajout de machines de série originelle modifiées

Véhicule d’entretien TVT 6219 Esn de la Deutsche Bundesbahn (DB). Avec plate-forme de travail mobile et pantographe. Affectation: entretien et contrôle des caténaires.


Retour au menu en haut à droite

Principe de fonctionnement

Le système fonctionne de la façon suivante: La voie de programmation, fils rouge et brun, est raccordée sur la voie de circulation ainsi que sur les modules 60832.

Ce branchement sur la voie de circulation est nécessaire. En effet chaque locomotive a une adresse.

Les modules 60832

Pour chaque module 60832 nous avons 4 adresses, ces adresses sont mémorisées dans la station CS3+, 8 modules sont installés dans la maquette = 32 adresses.

On poursuit en « dessinant » sur l’écran avec notre souris le plan de notre maquette. On positionne les aiguillages et les stations

Fonctionnement d’un aiguillage

Les modules 60832 

Les aiguillages sont raccordés sur le module 60832 (fils jaune, blanc et rouge). L’aiguillage a deux bobines. Quand la bobine de droite reçoit une impulsion depuis la centrale elle crée un champ magnétique. Ce champ magnétique déplace un cylindre en métal qui se trouve au centre des bobines. Quand la centrale renvoie une impulsion inverse à la première le cylindre se déplace dans l’autre sens. On appel cette fonction « noyau plongeur ». Ce va et vient permettra le déplacement de l’aiguillage et de choisir dans quelle direction on dirige la locomotive

a les deux bobines.
b,c,d la rainure et le levier. 

Boucle de retournement

Erreur de débutant quand on construit sa première maquette.

Pour éviter un court-circuit il existe un module le LK-200. Quand le train arrive sur ce passage, la locomotive provoque le changement de polarité de la voie, le train peut continuer de circuler.

Détail du câblage du module LK200 (boucle de retournement)

Mode de signalisation

Il existe sur le marché des modules qui font cette fonction pour ma part j’ai choisi de les fabriquer.

Détail du câblage des modules de signalisation

a) Le décodeur 60832

c) LED de signalisation

b) Alimentation 12V

d) Connection sur le module, par exemple l’adresse 1

e) Connexions sur la voie

f) Coupures des rails 

Nous avons vu sur la page « Ma maquette » que 11 adresses sont réservées pour les stations de garage et 5 stations de dételage. Quand on prépare un parcours (un événement dans le langage de Märklin). Nous pouvons faire circuler un train d’une station de garage ou vers une autre station de garage, d’une gare vers une autre station de garage. Nous avons vu le fonctionnement des aiguillages alors voyons maintenant comment fonctionne l’arrêt d’un train. Il y a deux fonctions, la première c’est l’arrêt du train (coupure des rails), la deuxième que le feu soit rouge.  

Le schéma de principe.

Au centre de l’image il y a le relais A qui a 2 contacts, les contacts a1 et a2. Il y a une LED à 3 pattes, sur la patte du centre on l’alimente en -12V, en série une résistance de 680 ohms pour adapter le courant de la LED. Sur les deux autres pattes une tension de + 12 volts. La LED s’allume en rouge ou en vert cela dépend de la position du contact a2. Le contact a1 est raccordé sur la voie. Vous remarquez que la voie est interrompue. Si le contact a1 est à droite le courant est rétabli et le train peu circuler. La LED verte est allumée. Une impulsion depuis la station CS3 vers le module 60832 à l’adresse 1 provoque l’inversion des contacts a1 et a2. La voie est interrompue, la LED rouge est allumée et le train s’arrête. Sur la station de gare on a rajouté un pont. Sans ce pont le train sera privé d’électricité pour poursuivre son parcoure.